Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
03 Nov

spectre sur TUNIS

Publié par Khaled Haddad

voici un extrait de "SPECTRE SUR TUNIS"
La réunion a eu lieu dans une salle de staff de l’hôpital Charles Nicole, comme l’a demandé le procureur si Mohamed. La salle était équipée d’un data show, et une table sur laquelle se trouve du matériel médical ultra moderne. C’est autour de cette table que s’assirent le médecin légiste et les représentant de la loi, à savoir le commissaire Moncef, l’inspecteur Jalal et le procureur si Mohamed, qui pris la parole en premier :
_ Alors docteur, à quoi est dû la mort d’après vous ?
_ Il s’agit vraisemblablement d’une explosion ayant entrainé la mort, vous trouvez que c’est tiré par les cheveux, je n’ai jamais vu une chose pareille de ma vie !
_ Allons docteur, nous ne sommes quand même pas dans une série télévisée américaine ! Vous penserez peut être qu’il s’agit d’une attaque d’aliens ?... Le coupa Moncef avec un sourire moqueur au coin des lèvres.
_ J’opterais pour la série américaine, vu que j’ai découvert des fragments de fibres de verre empêtrés avec ce qui restait du cerveau. J’ai également décelé des traces de tri- nitroglycérine qui est un liquide explosif à 220 degrés, on n‘aurait pas dû trouver de cadavre, j’avoue que je suis complètement perdu.
Si Mohamed s’adossa à son siège comme pour mieux réfléchir. Un silence funéraire régnait dans la pièce à l’égard de ses regards tout en interrogation, ce silence que le procureur lui-même brise :
_ D’autant plus qu’il n’y a pas de trace de lutte. La victime est un ivrogne sans histoires, Avec un casier judiciaire vierge. D’après ceux qui l’ont connu, il s’agirait d’un vagabond qui vit de petits métiers juste pour se payer la bouteille de ses ennuis. Une absence totale d’indices en fait. Qu’en dis-tu Moncef ? En ce retournant vers lui, ce dernier se racla la gorge avant de parler :
_ Personnellement monsieur... Heu… j’ai au début pensé à un accident de la route genre, la tête écrasé par un camion mais avec cet intro chose… je n’arrive plus à cerner le problème. Le crime reste obscur et jamais une telle énigme n’est apparue dans l’histoire de la Tunisie. Nous devrions à mon avis, enterrer le corps et clore l’affaire car, comme vous l’avez souligné monsieur, il n’y a ni empreintes ni mobiles apparents.
_ Qu’est ce que tu en fais de ta conscience professionnelle ? Repris si Mohamed presque en hurlant Tu l’as enterré je suppose. Tu oublie qu’on a tout un peuple à protéger. Tout d’abord il ne faut pas que l’histoire s’ébruite ? Il faut éviter les médias, nos plateaux télé adorent mettre de l’huile sur le feu vu que ça leur fait de la matière pour vivre. Ensuite, nous nous devons de découvrir l’origine du mal. Franchement Moncef je ne vois vraiment pas comment tu as pu être promu commissaire !
L’inspecteur Jalal pris la parole :
_ Si vous le permettez, j’ai des choses à dire. 
_ Mais certainement allez y inspecteur ! Lui répondit si Mohamed. 
_ Je pencherais plutôt pour une balle à fragmentation ou, une balle explosive, sauf que, les balles à fragmentations sont composées de plusieurs éléments ou de deux noyaux noyés dans une matrice. Le second venant frapper le premier au moment de l’impact. Ces diables de militaires ont également inventé des balles similaire mais contenant des noyaux de zinc dans un corps de fer fendu platiné au nickel, ces dites balles ont un pouvoir vulnérant renforcé. Il y a aussi des modèles sans plomb ceux-ci permettent de moins polluer l’environnement. C’est le comble, ils se donnent la mort tout en voulant préserver l’environnement… c’est la contradiction qui est le propre de l’homme. Bref, avez-vous trouvé un impact d’une balle docteur ?
_ Ma foi non ! Répondit le médecin.
_ Je ne comprends pas où vous voulez en venir ? S’exclama Moncef
_ Je te suis mais, les cartouches ne sont pas construites en fibre de verre mon garçon ! Renchérit le procureur si Mohamed avec un sourire amusé.
_ Il pourra éventuellement s’agir d’un simple essai, vous savez tous que les grandes nations testent leurs nouvelles trouvailles dans un pays… mmmmh… je n’aime pas ce mot…

Commenter cet article

À propos

culture, littérature